RECONVERSION DE LA STATION DE NEUTRALISATION DE LA CHAUD COTE A CHANTRAINE

RECONVERSION DE LA STATION DE NEUTRALISATION DE LA CHAUD COTE A CHANTRAINE

LE CONTEXTE GENERAL

L’étude du projet a été confiée dans le cadre d’un marché de Maîtrise d’œuvre au bureau d’étude EGIS Agence Nord Est de Maxeville (54 320).

Le projet a été étudié en concertation avec l’Agence Technique Départementale , l’Agence de l’eau Rhin Meuse, et l’Agence Régionale de la Santé (ARS)

L’ARS a émis le 1 août 2016 un avis favorable au projet.

L’alimentation en eau potable de la commune de Chantraine est assurée depuis 7 captages dits du « Bouffrot » dont l’eau est refoulée suivant un débit de 50 m3 / h vers la station de traitement dite de « Chaud Côté » construite en 1985.

La station de traitement du Chaud Côté utilise, pour la neutralisation des eaux des sources de Bouffrot, le calcaire marin de l’archipel des Glénans dit «le maërl».

Compte tenu de la nécessité de préserver le site de l’archipel classé Natura 2000, la production du calcaire maêrl doit s’arrêter.

Dans ce contexte, la Direction Départementale de Territoires (DDT) des Vosges a demandé à la commune de Chantraine d’engager les travaux de reconversion de la station de la Chaud Côté pour traiter les eaux des sources par neutralisation en substituant le calcaire marin « maêrl » par un calcaire terrestre

LA CONSISTANCE DU PROJET

Le principe de pompage et de filtration et de traitement est sensiblement identique à celui du fonctionnement sur la station avant transformation.

Le projet porte sur : La reconversion de la filière de traitement L’intervention sur le bâtiment actuel qui sera conservé La requalification de la voie d’accès à la station L’alimentation en eau de la station et la distribution aux usagers. Le déplacement des réseaux divers

La reconversion de la filière de traitement :

Outre le changement de la filière de neutralisation pour passer au calcaire marin, il a été également nécessaire de moderniser les équipements permettant de garantir le respect des limites réglementaires de la qualité de l’eau distribuée aux usagers comme le Ph, la conductivité, l’agressivité, le paramètre manganèse.

Le calcaire terrestre étant moins réactif que le calcaire marin, il est prévu : D’équiper la station d’un dispositif d’injection de CO2 nécessaire à la neutralisation de l’eau. De réduire le débit instantané à 30 m3 /h transitant par la station et d’augmenter la durée de fonctionnement pour maintenir sa capacité journalière de 630 m3 /jour.

En complément, la nouvelle filière de traitement a nécessité pour son fonctionnement: La mise en place d’une station de Co2 permettant une livraison par petit porteur. L’installation d’un silo de stockage du calcaire terrestre avec un volume de 15 m3. La station de désinfection existante par injection de soude a été conservée.

La filière de traitement à l’issue des travaux de reconversion est la suivante :

Pompage des eaux brutes des sources du Bouffrot vers le filtre Injection de CO2 pour augmenter la réaction du calcaire terrestre Filtration sur filtre dans la cuve rempli de calcaire terrestre. Injection de soude pour neutraliser le CO2 agressif résiduel Désinfection par injonction de chlore gazeux.

L’intervention sur le bâtiment actuel :

La structure du bâtiment, composé de 3 niveaux, a été conservée. Des réparations ponctuelles ont été réalisées notamment de protection en surface. Une résine a été appliquée sur l’ensemble des surfaces du filtre. La cuve de filtration dans le calcaire a été renforcée. La toiture a été remplacée, pour permettre l’intervention sur le filtre, par une couverture en charpente métallique. Une peinture extérieure a été appliquée sur le bâtiment.

La requalification de la voie d’accès à la station:

La voie d’accès a été requalifiée pour permettre aux véhicules d’accéder à la station en toute sécurité et particulièrement les poids lourds de livraison du CO2 et du calcaire marin.

L’alimentation en eau de la station et la distribution aux usagers :

La conduite de refoulement Ø 150 qui remonte les eaux des sources, traversent, sur l’arrivée à la station, les parcelles privées. La conduite a été déplacée sous le chemin ainsi que la conduite, Ø 125 en sortie de la station, de distribution de l’eau aux usagers.

Déplacement des réseaux divers :

Un poteau EDF supportant également une ligne télécom et d’éclairage à l’entrée du chemin sa été déplacée pour permettre d’élargir l’accès au raccordement avec la rue du général de Gaulle.

LES TRAVAUX

Les travaux de reconversion de la station, ont été receptionnés en mai 2018 dans le délai convenu.

Le coût global de l’opération de reconversion est de 501 000 € HT, y compris les études et les frais de maitrise d’œuvre. Ces travaux sont subventionnés par l’agence de Bassin et le Conseil Départemental des Vosges à hauteur de 207 000 €.

Le groupement d’entreprises RAY d’Epinal et COLAS a réalisé les travaux de voirie d’accès et le remplacement des canalisations d’eau potable vétustes pour un montant 80 000 € HT.

Concernant les travaux de modernisation de la filière de traitement de la station nécessaires à l’adoucissement de l’eau des sources trop agressive, c’est l’entreprise Néréo (ex. GAZ et EAUX Construction) qui a été retenue pour un montant de travaux de 368 000 € HT.

Afin de sécuriser la production d’eau, il a été installé les nouveaux équipements de surveillance en continu et de contrôle à distance pour s’assurer du bon fonctionnement de la nouvelle station, 24 h /24.

La situation financière de l'opération

Montant des études : 41 550.00 € HT

Montant des travaux : 440 000.00 € HT

Travaux divers hors marché : 20 000.00 € HT

TOTAL  501 550.00 € HT

Soit : 601 860.00 € TTC

Soit une économie de 35 000 € TTC par rapport à l’estimation initiale qui était de 637 264 € TTC

Le financement de l’opération

Le plan de financement est le suivant :

Fonds propres (58.6%) 294 295.00 € HT 

Agences de l’Eau Rhin Meuse (31%)  157 255.00 € HT

Conseil Départemental (10%)  50 000.00 € HT

TOTAL 501 550.00 € HT