Un hôtel à insectes

UN HÔTEL A INSECTES

Pourquoi ?

Les hôtels à insectes agissent sur la conservation de la biodiversité. Ils ont pour but de fournir un abri aux insectes auxiliaires qui sont des insectes qui contribuent à la régulation naturelle des ravageurs sans avoir recours aux produits phytosanitaires.

Les insectes ont bien sûr besoin de trouver leur nourriture et celle de leurs larves mais aussi un abri pour se réfugier à différents moments de leur cycle de vie :

• Passer la nuit ou le jour,

• Se protéger du mauvais temps,

• S’abriter pendant la longue période d’hiver,

• Se reproduire au printemps…

Le choix de l’emplacement :

Le choix de son implantation est également important : le fait de le positionner rue Victor HUGO, à proximité d’une prairie fleurie, permet de créer des conditions de ressources favorables à ces insectes.

Il doit être surélevé d’au moins 30 centimètres, et abrité des intempéries.

Construction :

Celui-ci a entièrement été construit par les agents de la collectivité en respectant les principes environnementaux, à savoir :

• Utilisation de bois non-traité

• Traitement des parties soumises aux intempéries à l’huile de lin

• Récupération de matériaux pour le remplissage.

Félicitations à eux pour cette réalisation originale.


Les coccinelles : grandes prédatrices de pucerons, elles aiment à se réfugier sous des amas de feuilles mortes, dans des tiges creuses, dans des trous percés dans des briques ou entre des planchettes en bois.


Les osmies : ce sont des abeilles sauvages, solitaires qui pondent leurs œufs dans des tiges creuses ou des buches percées de trous.


Les chrysopes : ils se nourrissent aussi de pucerons et élisent domicile dans des bûches percées ou des boites remplies de fibres d’emballage.


Les syrphes ressemblent à des guêpes mais font partie de la famille des mouches : on les identifie facilement à leur vol stationnaire au-dessus des fleurs à butiner.


Les carabes : ils sont souvent confondus avec les scarabées. Leurs larves se nourrissent de parasites. Ils trouvent refuge dans des morceaux de branches ou de vieilles bûches.


Les perce-oreilles sont de bons auxiliaires contre les pucerons. Ils nichent sous un pot de fleur retourné et garni de paille.